ACTUALITES

OPPORTUNITES D'AFFAIRE

NOUS CONTACTER

FTHM CONSULTING
Immeuble ARO Antsahavola
B.P. 7631
101 - Antananarivo
MADAGASCAR

Téléphones :
+261 20 22 631 86
+261 32 07 631 86
Fax :
+261 20 22 337 20

Contactez-nous

ACTUALITES

Année : 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | Archives

« L’Histoire économique de Madagascar de 1960 à nos jours : Enseignement du passé et perspectives d’avenir »

08 Décembre 2017

FTHM Consulting, a organisé le Vendredi 08 Décembre 2017 une conférence de presse à Ibis Ankorondrano sur le numéro spécial nº78 de la revue MCI portant sur les conférences et tables rondes lors de l’exposition FTHM du 24 au 30 octobre 2016 à l’Alliance Française d’Antananarivo, avec pour thème « L’histoire économique de Madagascar depuis l’indépendance à nos jours ».

La conférence de presse a vu la présence d’une part des professionnels et enseignants-chercheurs des secteurs privé et public et d’autre part, des mécènes qui ont contribué à l’organisation des évènements. Destinées au grand public et co-organisées par FTHM Consulting et le Département Economie de la Faculté DEGS de l’Université d’Antananarivo, ces conférences et tables rondes sur « L’histoire économique de Madagascar » ont été qualifiées de succès, avec plus de 4500 visiteurs pour l’Exposition et plus d’une centaine de participants lors de chaque conférence quotidienne. La conférence de presse tenue à l’hôtel Ibis a été l’occasion de présenter le numéro spécial nº78 de la revue juridique MCI, relatant les articles y afférents et d’annoncer la nouvelle édition prévue en octobre 2018, toujours en synergie entre le département Economie de la Faculté DEGS et FTHM Consulting. Elle a vu l’intervention de Thierry RAJAONA, Associé gérant du cabinet FTHM, du Dr. Fano ANDRIAMAHEFAZAFY, Chef du département Économie à la Faculté DEGS, et de Raphaël JAKOBA, Directeur de publication de la revue MCI. 

D’une politique interventionniste dans les années 1960 aux Objectifs de Développement Durable actuels, Madagascar a traversé des bouleversements sociaux et politico-économiques majeurs. En analysant cette Histoire économique du pays, les changements et les transitions structurelles soulèvent deux approches populaires : une nationaliste et « passéiste », selon les termes d’Aina RAZAFIARISON, et une autre d’importation culturelle. Ces deux conceptions actuelles font que « les Malgaches conçoivent eux-mêmes leur projet de société et le portent avec ceux qu’ils ont élus en le réalisant dans la pérennité » (Raphaël JAKOBA). Concrètement, cela se manifeste par la prévalence du populisme dans le champ politique et l’absence d’idée politique réelle dans les programmes. Avec cette appréhension, les mouvements se sont succédé de république en république et les crises cycliques n’ont cessé de se manifester.

Au XXIème siècle, dans un pays à faible revenu et à déficit vivrier, 60% des ménages malgaches tirent leurs revenus de l’élevage et 80% sont des paysans. Cela explique notamment les initiatives de développement rapide entreprises à travers la décentralisation et la diversification, et le développement rural : sécurité, désenclavement, financement rural, commercialisation et formation agricole et rurale. Dans ce sens, un développement durable ne pourrait se faire que par la promotion de ce secteur agricole. Une croissance économique par une production agricole efficiente profite non seulement à la Grande Ile mais aux pays voisins et partenaires commerciaux et en l’occurrence, à la « survie de l’humanité », comme le préconise Domoina RAMANANTSEHENO dans son article intitulé « Histoire du développement du secteur agricole à Madagascar depuis 1960 ». D’ailleurs, la modernisation du monde paysan a toujours été au cœur des stratégies et politiques nationales mais comme on le constate de nos jours, l’effectivité de ces politiques n’a pas forcément été perçue.

Un des points focaux des articles de la revue est aussi le système financier. En affirmant que le système financier malgache peut très bien être un levier du développement économique, Holimalala RANDRIAMANAMPISOA dénonce la centralisation excessive de celui-ci. En effet, avec un système bancaire dynamique, le régime de change flexible, justifié par les conditions économiques, financières et géographiques du pays, présente des opportunités à la fois structurelles et économiques. Avec une plus grande flexibilité à l’égard des autres régimes financiers, une plus grande indépendance de la Banque Centrale, il offre moins de risques pour les institutions étatiques. Mais il faut toujours noter qu’ « aucun régime de change ne convient à tout pays à tout moment » (FRANKEL J., 1999) et que le cycle économique de Madagascar était très différent de celui de ses partenaires économiques et commerciaux. Par ailleurs, ce régime financier impacte considérablement sur le secteur des services qui prend progressivement son essor. Vu que les crises impactent sur le fonctionnement du marché des services comme sur celui de tout autre secteur, la spécificité de ce secteur en particulier est qu’il soutient l’épanouissement des autres secteurs en influant sur l’expansion de l’Agriculture, de l’Industrie, et du Développement Durable dans sa globalité.

En bref, la vision est claire pour les trois intervenants ainsi que pour les auteurs des articles : le développement de la Grande Île nécessite des analyses pluridisciplinaires des domaines clés et des secteurs porteurs d’une croissance économique pérenne. L’analyse de l’histoire économique, et donc, une analyse rétrospective, se pose comme un pilier pour forger un citoyen engagé et responsable. Les questions abordées lors de la conférence de presse ont pu dégager l’importance pour le Malgache de connaître son passé et l’enjeu de l’engagement de toute entité dans ce processus responsable et intégré. La portée d’un tel événement s’inscrit, d’une manière globale, dans l’éducation citoyenne et l’enseignement supérieur. Ce numéro spécial a pu couvrir un large éventail de sujets allant de la politique monétaire au développement du secteur agricole, de l’évolution du secteur industriel à l’importance des services dans l’économie malgache, jusqu’à l’évolution des politiques économiques de développement. Destinée aussi bien aux décideurs économiques et politiques qu’aux étudiants mais aussi aux partenaires techniques et financiers, cette revue a pour ambition de provoquer des réflexions sur les futures politiques économiques de Madagascar et ce, afin de mieux dessiner l’avenir.

Année : 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | Archives
 

VIDEOS CORPORATE FTHM

Réseaux sociaux



  

RSE (Responsabilite Societale des Entreprises)